Kon-Tiki, bande-annonce

Nominé à l’Oscar du meilleur film étranger – la cérémonie se déroulera le 24 février 2013 – Kon-Tiki (2012) marque la quatrième collaboration entre Espen Sandberg et Joachim Rønning. Comme ils l’avaient fait dans Max Manus, Opération Sabotage, les deux réalisateurs norvégiens revisitent avec Kon-Tiki l’histoire d’un héros national.
Après avoir plongé les spectateurs dans les aventures de saboteurs résistants pendant la Seconde Guerre Mondiale, Sandberg et Rønning nous embarquent cette fois sur un radeau à la dérive dans l’Océan Pacifique.

Kon-Tiki, reboot du documentaire de Thor Heyerdahl, Oscar du meilleur film étranger en 1951, recrée une aventure folle.
Convaincu que la Polynésie a été colonisée par des Sud-Américains et non des Asiatiques, l’explorateur Thor Heyerdahl parvient à faire financer un projet qui pourrait sembler suicidaire.
Heyerdahl va construire un radeau, tel que les Péruviens pouvaient en fabriquer il y a plusieurs siècles et laisser les courants marins faire dériver l’embarcation en espérant atteindre la Polynésie.

Aidé de cinq hommes aux talents divers, Heyerdahl part pour une traversée d’une centaine de jours à bord du Kon-Tiki.
Croisant baleines et requins, le fragile radeau a du mal à finir son périple en un seul morceau. A la merci des tempêtes et courants, le Kon-Tiki se délite autant que les relations de ses passagers. Durant les deux heures que dure le blockbuster norvégien, Kon-Tiki se fait à la fois odyssée marine et iliade démarquée par neuf rondins. Ensemble sur un radeau minuscule comme un appartement parisien, l’équipage traverse autant de crises que de tempêtes.
Mais Thor Heyerdahl s’en moque.

Il n’a pas hésité un seul instant à laisser femme et enfants pour poursuivre ce rêve fou. Aveuglé par sa folie exploratrice dans un infini de bleu, Heyerdahl est le point de vue du film: un homme qui a du mal à voir ce qui se passe directement autour de lui et qui suit une lubie, une idée fixe, un point aveuglant dans l’immensité du ciel, de l’espace ou de la mer.
Si bien que si vous aimez les étendues magnifiquement photographiées, les CGI bluffants et la force authentique des aventures humaines, le Kon-Tiki de Sandberg et Rønning est certainement le film norvégien auquel vous ne vous attendiez pas.